La frontière entre vie privée et vie professionnelle a-t-elle encore un sens ?

Portrait de william

Une étude récente de Good Technology/IFOPpeut nous amener à nous poser cette question.

Le terminal

Les entreprises fournissent parfois des terminaux, mais de plus en plus de cadres (puisque c'e sont eux qui font l'objet de l'étude) possèdent également leurs propres appareils, smartphone, tablette, ordinateur.
Et les terminaux personnels sont utilisés pour accéder aux données de l'entreprise. Et de la même manière, les terminaux personnels sont utilisés en entreprise. C'est le modèle BYOD (Bring your own device) déjà supporté par près de 59% des entreprises.
Très peu d'entreprises (17%) interdisent un tel usage.
Si dans plus de 80% des cas l'équipement est fourni pas l'entreprise, les cadres utilisent pourtant un équipement personnel pour 56% des cas (essentiellement un smartphone personnel), et des applications destinées au grand public ou un logiciel sécurisé pour synchroniser les données.
Cet équipement personnel est pris en charge par l'employé dans près de 80% des cas.
Ce choix d'utiliser un équipement personnel ne provient pas d'une inadéquation entre l'usage et le matériel fourni par l'entreprise puisque ce dernier correspond dans 88% des cas.
La prolifération des terminaux ne va pas sans poser problèmes aux entreprises en terme de maintenance des applications, de sécurisation des transactions, de perte de ces terminaux. Autant le bridage du terminal est possible si celui-ci est fourni par l'entreprise, autant cela devient compliqué pour un terminal personnel.

Vie des cadres en entreprise

Alors que le cadre déclare travailler en moyenne environs 9h par jour, une partie de ce temps est utilisé pour réaliser des activité personnelles :

  • 80% téléphonent à des proches
  • 79% consultent des sites internet sans rapport avec leur travail
  • 78% consultent ou envoient des courriers personnels
  • 74% s'occupent des contrariétés de la vie quotidienne
  • 67% consultent leurs comptes bancaires
  • 55% organisent leur week-end ou leurs congés
  • 44% font des achats en ligne
  • 42% utilisent des applications personnelles à des fins professionnelles
  • 32% consultent leurs comptes personnels sur les réseaux sociaux

Ramènent-ils pour autant du travail à la maison ?

pour 37% d'entre eux, ce n'est pas le cas mais près de 20% estiment travailler au moins 4h en plus chaque semaine en dehors du bureau et 9% plus de 10h.
La grande majorité le fait le soir (75%) ou le samedi (64%). Le sanctuaire serait les vacances à l'étranger pendant lesquelles seuls 20% continuent parfois de travailler.
Pour se préserver et préserver leur entourage, quelques règles sont implicitement posées:

Ne jamais travailler en vacances 56%
Ne jamais travailler le dimanche 51%
Ne jamais travailler le soir après une certaine heure 49%
Ne jamais travailler le samedi 33%
Ne jamais travailler en dehors du bureau 26%


A quel point les cadres sont ils dépendants de leur mails ?

70% déclarent pouvoir se passer de consulter leur courriels professionnels en dehors du bureau.
Mais quand ils le font, ils y répondent de chez eux (73%), lorsqu'ils sont en arrêt maladie (66%) pendant les réunions (54%) dans les transports (43%) ou encore pendant les repas (33%) pendant des rendez-vous client (25%) et pendant les loisirs (18%)

Qu'en conclure ?

L'équilibre vie privée/vie professionnelle n'aurait pas évolué pour 60% des cadres malgré ces évolutions technologiques. Mais pour 30% ce fil à la patte l'aurait détérioré.
Pour améliorer cela, plusieurs solutions plus ou moins plébiscitées sont envisageables comme bloquer l'accès au courriels professionnels pendant les congés, les WE, ou en dehors des heures de travail.
ais l'équipement d'un smartphone ou d'une tablette est perçu comme un réel avantage pour améliorer la réactivité, la liberté de travailler, la communication avec clients et partenaires, améliorer son organisation de travail, améliorer sa productivité. Inversement, c'est aussi perçu comme un moyen de faire travailler plus sans rémunération, et donc de constituer une entrave à la vie privée et accroître le stress.