Télétravail

Les télétravailleurs sont plus productifs

Le télétravail a la cote. Au moins dans les discours. Mais si ce mode d'organisation du travail tarde encore à se généraliser - seuls 12,4% des salariés français sont concernés - son efficacité est bien réelle. En moyenne, il permet en effet à une entreprise d'accroître sa productivité de 5 à 30%. Comment expliquer alors le peu d'intérêt des entreprises pour le télétravail ? Pour 92% des employeurs, cela serait lié à la réticence des "petits chefs". "La culture managériale française, qui repose encore trop souvent sur le contrôle et le micromanagement, n'est pas compatible avec le management à distance qui exige, lui, confiance et gestion de l'autonomie", explique Greenworking. Un frein à cette organisation du travail d'autant plus paradoxal que 90% des entreprises qui la pratiquent s'en disent satisfaites. Et pour 85% d'entre elles, le travail à distance a un impact positif sur leur compétitivité.

Le télétravail, facteur de motivation

Du côté des salariés, le télétravail est également positif. Il réduit notamment les éléments de distractions et de perturbations au bureau. Il permet aux employés de mieux gérer leur travail. Enfin, en dirigeant eux-mêmes leur activité, les télétravailleurs se sentent également plus pris au sérieux, ce qui, au final, a un effet positif sur leur motivation. Les télétravailleurs seraient ainsi en moyenne 22% plus productifs. Alors demain, les salariés français seront-ils tous des télétravailleurs ? Pas vraiment. Selon le cabinet Greenworking, la part de télétravailleurs dans une entreprise ne doit en effet pas excéder 25% de la masse salariale et le taux idéal de télétravail pratiqué s'élever à 30%.

Pistes pour réussir le télétravail

Le rapport souligne aussi de grands principes pour réussir une organisation en télétravail :

  1. Instaurer un processus de sélection des salariés au télétravail, qui va de pair avec une politique d'information et de sensibilisation en amont
  2. Reconnaître le télétravail comme un mode de travail à part entière
  3. Adopter une approche graduelle pour dépasser les résistances au changement (mettre en place un projet pilote, s'appuyer sur des collaborateurs moteurs, faire la preuve par l'exemple...)
  4. Investir dans des outils fiables et innovants, des infrastructures de qualité ainsi qu'un support informatique dédié et former les collaborateurs aux nouveaux usages des outils
  5. Accompagner le projet de mise en place du télétravail d'une rénovation des pratiques managériales et des processus (dématérialisation, virtualisation du poste de travail, dépersonnalisation des bureaux, etc.)
  6. Former toutes les parties prenantes à ces nouveaux modes de travail et aux comportements qu'ils impliquent afin de garantir une assimilation culturelle progressive et partagée
  7. Proposer des solutions aux pratiques déviantes mises en lumière par le télétravail et qui peuvent nuire à la productivité (gestion de l'e-mail, frontière entre vie personnelle et vie professionnelle...)
  8. Mettre en place un dispositif de suivi et d'évaluation des impacts afin de piloter le projet et d'assurer une adhésion de la gouvernance de l'entreprise

Source : Etude publiée par le cabinet de conseil Greenworking.